Les avantages de la mode éthique

mode éthique

La mode éthique désigne une pratique fondée sur la considération des dimensions écologiques et humaines dans les chaînes de fabrication. La maroquinerie écoresponsable et le slow fashion (par opposition au fast fashion) rassemblent les branches de cette philosophie. Elle dérive de la conscientisation populaire sur l’impact négatif de l’industrie du prêt-à-porter. Son poids pèse de plus en plus lourd dans notre habitude de consommation. Alors, quels sont les avantages de la mode éthique et la maroquinerie vegan ?

Les améliorations des ressources naturelles et humaines

La mode éthique condamne le gaspillage des richesses naturelles. La fabrication d’un jean classique consomme 10 000 litres d’eau, une ressource épuisable donc rare. Ce constat souligne la dépendance de l’industrie de la mode aux denrées rares, sachant que la France vend plus de 85 millions de jeans par an. De même, les fabrications de T-shirt, de jupe et des textiles obéissent au même principe. À l’inverse, créer un jean écologique ne requiert que peu d’eau et d’énergie.

L’industrie de la mode actuelle porte atteinte aux droites de l’Homme, précisément, aux droits des travailleurs. Certes, le secteur constitue un grand bassin d’emploi. Cependant, les conditions de travail sont exécrables. Sécurité sociale inexistante, rémunération insuffisante et tâches difficiles rassemblent les maux que les employés surexploités subissent.

Dans le domaine de la maroquinerie, les tanneries (lieux de traitement des cuirs avec le tanin) emploient des centaines de travailleurs. Leurs activités les exposent aux maladies chroniques, aux troubles de la respiration et aux cancers du poumon.

Face à ce fléau, une solution se présente : la maroquinerie vegan. Il s’agit d’une industrie qui exploite le cuir artificiel et qui se contente des matières synthétiques et des matériaux d’origine végétale. En d’autres termes, la maroquinerie vegan exclut l’exploitation des ouvriers et le gaspillage des ressources rares de la planète. Nombreux sont les produits dérivés du cuir durable tels que les sacs, les chaussures et les ceintures sur le site vdeb.net.

La diminution de la pollution environnementale

La mode éthique livre une lutte acharnée contre la dégradation environnementale engendrée par la mode classique. Les fabricants écoresponsables préfèrent les matières naturelles provenant des végétaux. Au contraire, le polyester, l’acrylique sont des matières de prédilection des fabricants de vêtements classiques. Ces tissus libèrent de l’oxyde nitreux, un gaz à effet de serre 300 fois plus polluant que le gaz carbonique.

Soucieux de leur image, certaines marques se ruent vers les matières naturelles, à l’instar du coton. Ayant subi des mutations génétiques, ce dernier absorbe pourtant une quantité colossale de pesticides. Il contamine les réserves d’eau et acidifie les sols.

D’autres usines migrent vers les pays en voie de développement, où les règlementations environnementales sont flexibles. Les firmes productrices de textiles synthétiques y déversent des eaux usées, dégradant la faune et la flore locale.

Le monde de la maroquinerie n’échappe pas à ce fléau. Le tannage du cuir engendre des résidus toxiques que les fabricants répandent dans les rivières. Heureusement, la maroquinerie écoresponsable peut stopper ces pratiques condamnables. Le secteur privilégie l’éco-cuir conçu avec des fibres naturelles et le muskin à base de champignon biodégradable.

La durabilité des articles de mode

Autrefois, l’industrie du textile faisait usage des produits végétaux dans la confection des articles. Plus maniables, plus esthétiques et moins chers, les produits de synthèse ont toutefois remplacé les produits naturels. Leur usage a ensuite développé la culture du « jetable » et la fast fashion. Ces phénomènes se traduisent par des vêtements et des accessoires de mode éphémères. La rapidité de l’usure conduit à l’accroissement des demandes et donc à la hausse de l’offre. Ces phénomènes ont engendré la pollution atmosphérique et l’amplification du volume des déchets.

Revaloriser les matières naturelles exemptes de produits chimiques, voilà la solution à ce problème de surproduction. Dans l’optique d’une consommation responsable et raisonnable, privilégiez les matières bio, en l’occurrence le coton bio. En plus de résister à l’usure, la matière est moins gourmande en eau et présente des propriétés anallergiques. Le chanvre bio figure également dans la liste des textiles écologiques. Il a été tissé à partir de fibres pures. Sa production ne nécessite ni engrais ni produit phytosanitaire.

En matière de maroquinerie écoresponsable, les cuirs artificiels dérivés de l’ananas et de l’eucalyptus font parfaitement l’affaire. Ces denrées réalisent des accessoires de haute qualité, à l’épreuve du temps et des intempéries.